Meubles, comment les restaurer

Restaurer un fauteuil ancien.fauteuil restoré
La restauration d’un meuble ancien
commence par une vérification
complète des assemblages, et de
l’état du bois. Un collage défectueux
ou simplement douteux doit être
refait dans les règles de l’art.
C’est après ces travaux que l’on pourra entreprendre l’opération de finition, mais sans brûler les étapes.
Si la gamme des produits, proposée sur le marché est étendue, il ne faut pas y voir qu’une opération commerciale.
Chacun d’eux a sa spécificité, qu’il s’agisse de nettoyer, de décirer, de nourrir le fond ou de polir, ces termes ont bien un sens et les produits s’y réfèrent.
Tout est en nuance dans le langage de la restauration.
Rien ne sert d’aller trop vite: la brillance finale peut n’être qu’un pis aller quand elle efface la patine qui témoigne du passé et de l’histoire d’un meuble.
Un bois ancien s’oxyde à travers la finition et prend une teinte, une patine au fil des années, qu’il convient de respecter en restauration.
Une teinte à rectifier, une transparence à trouver, une douceur au toucher, voilà bien des subtilités qui n’échappent pas au regard, à la main du connaisseur.
Mais sans être un professionnel, on peut obtenir d’excellents résultats si l’on connaît les produits, leurs secrets et la façon de s’en servir.
1. On a profité de la dépose, du
garnissage et du rembourrage
de ce fauteuil pour en restaurer l’ossature.
2. Le premier travail consiste
à recoller la pièce décollée de
l’accoudoir.
Les traces de l’ancienne colle
sont éliminées avec un petit
cutter pour mettre les bois à nu.
Cette précaution est indispensable
pour réaliser le nouveau collage.
3. Dans tous les cas, vis et clous
sont à proscrire car ils affaiblissent
le bois.
On choisira de préférence les colles
vinyliques dites colles blanches,
à prise rapide (30 mm).
Attention à ne pas confondre le temps.
de prise avec le temps de séchage qui
dure bien plus longtemps.
4. Pour maintenir l’assemblage
pendant le temps de séchage de
la colle, une simple ficelle enroulée
autour des parties à serrer remplacera
sangles ou serre-joints. Une pièce de
bois calée dans la ficelle servira à
tourner celle-ci de manière à resserrer
l’assemblage.L’excédent de colle est
alors aussitôt éliminé avec une
éponge humide.
5. Le décireur permet de retirer à sec
les couches de cire séchées et durcies
sans altérer la patine du bois.
Le décireur est étalé au pinceau nylon
sur toutes les surfaces à décirer.
Les décrassages à l’essence de
térébenthine risque de graisser et de
noircir les bois à forte teneur en tanin.
6. Le décireur et l’ancienne finition
sont retirés avec de la laine d’acier
fine passée dans le sens du fil du
bois pour ne pas le rayer.
7. Une brosse d’acier extra fine permet
de parfaire le travail, de nettoyer
moulures, cannelures et sculptures.
8. Les surfaces mises à nu sont
ensuite rincées pour neutraliser
l’action du décireur.
On utilise alors une mèche extra fine
imbibée d’alcool fin à vernir.
Ce produit très volatile ne mouille
pas le bois, supprimant tout risque
de cintrage ou de gauchissement.
Avant d’effectuer la patine, les
tâches rebelles sont éliminées à
l’aide d’un éclaircisseur. Ce produit
étant agressif, on se protègera le
s mains pour l’appliquer avec un
pinceau en nylon sur les tâches.
Dès leur disparition, on neutralisera
le produit avec de l’alcool fin à vernir.
9. Le bois, poreux, demande à être
préparé et nourri avant l’application
d’une nouvelle finition cirée capable
de résister aux taches.
Le fondur appliqué à la mèche extra
fine et dans le sens des fibres du
bois enlève toute porosité au fond.
10. Un léger ponçage à la laine
d’acier extra fine égalise et retire
l’excédent de produit.
Cette opération devra être répétée
plusieurs fois.
La mattine gomme laque, à base
d’alcool de gomme laque et de cire
met en valeur les veines du bois
donnant transparence et profondeur.
Elle s’applique dans le sens des fils
du bois à l’aide d’une mèche extra
fine et se polit à la laine d’acier.
11. Ultime étape, les surfaces remplies
et mattinées sont encaustiquées avec
un pinceau plat. L’excédent de cire
est retiré à la mèche.
Après 2 heures de séchage au minimum,
le fauteuil est poli à la brosse végétale.
Un lustrage à la main au chiffon de laine
ou avec un tampon spécial lustrage
parachève la brillance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *